comedie musicale du R.A.R.

VOYAGE TIME

Le cirque-théâtre est plein, ce vendredi 19 juin au soir, comme il l'était déjà hier. Dans les coulisses les enfants-acteurs ont tous un peu le trac... Tant de monde pour eux ! Eux qui ont travaillé pendant un an pour produire cette comédie musicale, voyage à travers le temps.
Depuis une semaine, ils sont tous venus répéter sur la piste du cirque, se familiariser avec les coulisses, apprendre à se déplacer en silence et à obéir au signal d'entrée en scène.
Une formidable organisation qui a mobilisé un personnel nombreux, logistique invisible depuis les gradins où patientent les spectateurs, mais sans laquelle rien n'aurait été possible.

La trame de ce "Voyage Time", c'est bien sûr la musique, prétexte à jouer, danser, raconter, exprimer...
Tout le spectacle sera accompagné par un groupe de musiciens sympathiques... Ils sont six, à accompagner le récit, à lui donner de la grandeur, à l'habiller d'harmonie, six sans lesquels la comédie n'aurait pu atteindre cette richesse.

L'histoire commence dans les années "50" avec l'entrée en scène de Peter et de sa mère très en colère, qui lui ordonne d'aller ranger le grenier. De mauvaise grâce, il se rend dans le débarras où la découverte d'une vieille guitare balaye tous ses soucis. Bientôt emporté par son rêve, bercé par la musique d'Imagine, il voyage sur les ailes du temps.
S'est-il endormi dans ce vieux fauteuil oublié là, ou a-t-il réellement accompli ce "Voyage Time" ? Il faut laisser se dérouler l'histoire maintenant...

Dans son voyage, Peter va rencontrer d'abord Peggy Sue, puis Johnny en butte à la bande du Sud de la ville. Le petit garçon né en 1998 a remonté le temps jusqu'en 1955. Un an plus tôt, les Platters ont sorti Only You, un bonheur pour Peter et Peggy qui se sont mis à danser. Après une prise de contact un peu difficile avec Johnny, Peter l'aidera finalement à se tirer d'affaire lors d'un combat avec le chef de la bande adverse, un petit "dur" qui fait sourire le public. Il en a l'habit mais pas la carrure !

Peter quitte les années "50" aussi mystérieusement qu'il y est entré... Il semblerait que cette porte au fond de la scène permette de grands bonds dans le temps... Et nous voici baignés dans la musique des Beatles. Comme dans le tableau précédent, les morceaux sont chantés par une chorale d'enfants.
Peter a la chance de pouvoir monter sur scène avec le groupe mythique et chanter avec eux... En fin de tableau, Little Eva viendra même les rejoindre. Qu'elles sont belles ces voix d'enfance, sur le Medley des Beatles, sur Yesterday, sur The long and winding road, quand les notes tenues impeccablement vous transportent... soupçon d'émotion qui vous fait retenir votre souffle de crainte de gâcher le plaisir !
Peter se promène dans les années "60", celles-ci tirent à leur fin... Il est entré dans le monde des hippies; la guerre du Vietnam accomplit son oeuvre de cruauté, les banderoles "Paix au Vietnam" fleurissent dans les rassemblements et les slogans fusent... Ce sont les années Rolling Stones, Dylan etBeach Boys.
Le groupe Procol Harum a eu la merveilleuse idée se sortir A whiter shade of pale qui a fait danser tant de couples... Les collégiens le jouent à la flûte... La musique glisse sur le temps...

Nouveau passage de la porte des ans, et voilà Peter dans les années "70"... Mais il ne fait pas bon se promener à Harlem en 1973. Le petit blanc est pris à partie par les habitants du quartier, Papa was a rolling Stone accompagne la danse féroce des jeunes noirs qui chahutent Peter sans ménagement...
Angie, qui l'accompagne dans ce tableau, et qui comme lui a pris plaisir à écouter Midnight Hour de Wilson Pickett, ne sera pas mieux traitée quand ils s'aventureront dans le quartier blanc... elle qui a la peau noire...
Racisme... Un jour, peut-être,tout ça changera...
Pourtant, la différence de couleur ne les empêche pas de s'aimer. Angie est tombée amoureuse de Peter, mais elle ne sait pas qu'il vient du futur, elle ne sait pas qu'il va disparaître. Les Rolling Stones chantent Angie... C'est doux, c'est tendre, on ferme les yeux peut-être, la chorale balance doucement au gré des notes... on est tous ensemble dans l'harmonie de ce moment...

Peter est revenu en 2009... Dans son grenier, il dort profondément. Angie s'est glissée jusqu'à la porte du 21ème siècle... puis elle est repartie...
Les élèves chantent Imagine, frisson d'émotion... Sur les dernières notes, la chorale s'efface progressivement derrière le rideau, à partir des derniers rangs. En quelques instants, le plateau s'est vidé, doucement, doucement, tandis que la mélodie se meurt...
Quand le rideau s'ouvre en grand pour la première et seule fois du spectacle, une mer d'enfants silencieux inonde la scène... Ils avancent tous ensemble —eux qui ont joué et chanté dans le spectacle— envahissent l'espace, et se rassemblent en un grand choeur qui célèbre Love is all.
Un final magnifique, qui sera doublé après les applaudissements, et sur lequel les acteurs se libèrent de la grande tension qui les a habités pendant le spectacle... Une foule de bras levés en un au revoir, saluent le public qui applaudit longuement...

 

VOIR LES PHOTOS SUR LE SITE DE L'ECOLE MOUCHEL

 

Musique :

La peau (No one is innocent) - Imagine (John Lennon) - Tutti Frutti (Little Richard) - Only You ( Platters) - Peggy Sue (Buddy Holly) - Blue Suede Shoes (Elvis Presley) - Be Bop A Lula (Gene Vincent) -
A Hard Day's Night (Beatles) - Medley Beatles : I saw her standing there - Yesterday - When I am sixty four - The long and winding road - Get back - The Locomotion (Little Eva) -
San Francisco (Scott Mc Kenzie) - Paint it back (Rolling Stones) - Blowin' in the wind (Bob Dylan) - These boots are made for walking (Nancy Sinatra) - A Whiter Shade of pale (Procol Harum) - Medley : California Dreamin (The mamas & the papas) - Barbara Ann (Beach Boys) -
Shaft (Isaac Hayes Instrumental) - Papa was a Rolling Stone (The Temptations) - Midnight Hour (Wilson Pickett) - Angie (Rolling Stones) - I want You back (The Jackson 5) - Imagine (John Lennon) - Love is all (Roger Glover) -

Programme :

Programme Programme

 

Journal d'Elbeuf [23 juin 2009] :

Journal d'Elbeuf

 

Paris-Normandie [29 juin 2009] :

Paris-Normandie

Article original sur le site de Paris-Normandie.

 

Un autre spectacle du R.A.R. AU CIRQUE en 2008

Chantal C - Juin 2009

Haut de page